12072019Sa
Last updateMo, 09 Sep 2019 11am

Un regard sur le passé de l'Organisation iranienne des Moudjahidine du peuple en Iran, en France et en Irak - (partie 1)

Les Moudjahidin du peuple iranien ne laissent personne indifférent. Dangereux fanatiques pour les uns, combattants de la liberté pour les autres, ces « soldats religieux » ont survécu à la répression iranienne, à la chute de leur protecteur Saddam Hussein et ils arrivent sans cesse à rebondir

Un regard sur le passé de l'Organisation iranienne des Moudjahidine du peuple en Iran, en France et en Irak - (partie 1)

 Citations du magazine français OUTRE TERRE

 Outre-Terre 2011/2 (n° 28)

Pages : 568

Pages 301 - 315

INTRODUCTION

Les Moudjahidin du peuple iranien ne laissent personne indifférent. Dangereux fanatiques pour les uns, combattants de la liberté pour les autres, ces « soldats religieux » ont survécu à la répression iranienne, à la chute de leur protecteur Saddam Hussein et ils arrivent sans cesse à rebondir. Antiimpérialistes devenus par opportunisme et instinct de survie les auxiliaires des services secrets israéliens et américains, les « Moudj » comme certains opposants iraniens francophones les surnomment représentent une organisation atypique toujours mystérieuse et dangereuse.

DIFFÉRENTS NOMS

Organisation des Moudjahidin du peuple iranien (OMPI)

People’s Mojahedin Organization of Iran (PMOI)

Sāzmān-e Mojāhedin-e Khalq-e Irān

Mujaheddin-e-Khalq, MeK

OBJECTIFS ET IDÉOLOGIE

Son idéologie est une sorte d’islamo-gauchisme qui a tourné ces dernières années à la dérive sectaire. Cette organisation a toujours pratiqué la lutte armée. Elle figure sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada et des États-Unis d'Amérique et a été classée sur celle de l’UE par le Conseil de l'Union européenne de 2002 à janvier 2009.

HISTORIQUE RÉSUMÉ

Fondée en opposition au Chah, l’OMPI a participé à la révolution islamique en tant qu’allié zélé de Khomeyni. Au point que les « tribunaux révolutionnaires » islamiques (pourtant connus pour leur caractère expéditif) durent interdire à ses membres l’accès aux prisons où ils allaient achever les prisonniers de l’ancien régime sans autre forme de procès. En 1981, l’OMPI tente un coup de force contre Khomeyni au nom de la révolution permanente. L’organisation est réprimée et ses chefs contraints à l’exil. Pendant la guerre Iran-Irak (1980-88), l’OMPI trouvera refuge, argent, soutien et armes auprès de Saddam Hussein pour lequel les Moudjahidin créeront une véritable armée (ALN) [2] Armée de libération nationale [2] qui servira de chair à canon lors de certaines offensives irakiennes en territoire iranien. Ils serviront également de force de répression à Saddam contre les soulèvements kurde et chiite en 1991. Profondément affaiblie et rejetée par une grande majorité de la population et par le reste de l’opposition iranienne qui la perçoivent comme coupable de trahison, l’OMPI essaiera de s’accrocher à son refuge irakien – le camp d’Ashraf – que le gouvernement irakien actuel veut définitivement fermer. Les militants restants de l’OMPI sont aujourd’hui utilisés en tant qu’agents de renseignements par les services israéliens et américains pour des opérations en Iran. On a récemment appris que les militants de l’OMPI étaient encadrés par la société privée de sécurité XE SERVICES (anciennement Blackwater).

Le journal de OMPI soutient l'occupation de L'ambassade américaine à Téhéran en 1979 et la détention de ses employés en otage.

CHRONOLOGIE DÉTAILLÉE

Deux des conseillers américains ont été assassinés par l'OMPI en 1971

1965 : L’Organisation iranienne des Moudjahidin du peuple est créée pour renverser Mohammad-Rezâ Pahlavi au pouvoir depuis 1941.

1971 : Les Moudjahidin du peuple initient la lutte armée et tuent 6 conseillers américains.

1971 : Arrestations massives de membres de l’organisation par la SAVAK (services secrets du Shah) y compris Massoud Rajavi.

1972 : Tous les membres du Comité central des Moudjahidin du peuple sont exécutés à la curieuse exception de Rajavi.

Février 1979 : Rajavi est libéré après la chute de la monarchie ; il devient le porte-parole des Moudjahidin du peuple qui sont désormais dirigés par un Comite central de 12 personnes.

Novembre 1979 : L’ambassade des États-Unis à Téhéran est occupée par des « étudiants islamiques » ; les Moudjahidin du peuple soutiennent cette action, pour ensuite prendre leurs distances avec ces mêmes étudiants islamiques ; ils se dressent sous la houlette de leur leader Massoud Rajavi contre l’imam Khomeyni lequel stigmatise en revanche avec virulence les « islamo-marxistes »

Novembre 1979 : Les Moudjahidin du peuple créent une milice

20 juin 1981 : Les Moudjahidin du peuple organisent une manifestation géante et marchent sur le Parlement ; Khomeyni ordonne la répression et 30 personnes sont tuées ; c’est le début des arrestations massives et des exécutions de Moudjahidin du peuple.

28 juin 1981 : Un attentat des Moudjahidin du peuple décime les dirigeants du Parti de la république islamique (PRI), tuant l’ayatollah Mohammad Beheshti ainsi que quatre ministres, six ministres adjoints et un quart du groupe parlementaire du PRI (en tout 74 morts).

29 juillet 1981 : Rajavi et Abol hassan Banisadr, ex-président de la République islamique d’Iran s’évadent à Paris et créent ensemble le Conseil national de la résistance iranienne (CNRI) qui se compose de 12 organisations de l’opposition à Khomeyni dont les Moudjahidin du peuple.

Massoud Radjavi a marié avec Mariam Radjavi, l'épouse de Mahdi Abreishmaji, et Massoud Radjavi a forcé la soeur de son ami à épouser Mehdi en Auvers Sur Oise le 1985.

Août 1981 : Les Moudjahidin du peuple effectuent un certain nombre d’actes terroristes en Iran avec plus de 100 victimes.

8 février 1982 : Musâ Khiâbâni, commandant des Moudjahidin du peuple à l’intérieur de l’Iran est tué dans un combat avec les forces du régime ; la première femme de Rajavi, Ashraf Rabi’i est également tuée. Rajavi épousera en seconde noces la fille de Bani-Sadr.

24 mars 1983 : Bani-Sadr annonce publiquement son retrait du CNRI.

1983 : Les Moudjahidin du peuple sont chassés par l’armée de leurs bases au Kurdistan iranien ; Rajavi signe dès lors un accord avec l’Irak de Saddam Hussein et peut s’installer au Kurdistan irakien.

1984 : Rajavi divorce de la fille de Bani-Sadr

Février 1985 : Rajavi épouse Maryam Azodanlou lors d’une cérémonie publique juste après qu’elle a divorcé de son mari, Mehdi Abrishamchi, membre du Comité central de l’organisation. Rajavi déclare que lui et Maryam sont coleaders des Moudjahidin du peuple et présente cette situation comme une « révolution idéologique ».

Juin 1986 : La France expulse Massoud Rajavi vers Bagdad ; ce dernier installe le QG des Moudjahidin du peuple en Irak.

Février 1987 : Assassinat en Iran d’un responsable provincial chargé de l’éducation, Ali Iranmanesh, par les Moudjahidin du peuple.

Juin 1987 : Les Moudjahidin reçoivent un entraînement par l’armée irakienne et créent l’Armée de libération nationale (ALN) qui sera commandée, « révolution idéologique » oblige, par Maryam Rajavi.

Décembre 1987 : Charles Pasqua, ministre de l’Intérieur français, fait expulser plusieurs dizaines de Moudjahidin du peuple vers le Gabon.

Août 1988 : Les Moudjahidin du peuple perdent plus d’un millier d’hommes lors d’une offensive dans le Centre-Ouest de l’Iran. Après 1989, toutes les femmes en l'OMPI ont été comme épouse enrôlées sur les ordres de Massoud Rajavi.

Octobre 1989 : Rajavi annonce une « révolution interne » ; Maryam est nommée secrétaire général des Moudjahidin du peuple, Rajavi se proclamant « leader idéologique » de la résistance iranienne ; les membres de l’organisation sont priés de divorcer en masse.

1990 : Massoud Rajavi se déclare Imam et affirme avoir reçu son pouvoir de Dieu.

24 avril 1990 : Assassinat à Genève de Kâssem Rajavi, frère de Massoud.

Un groupe des enfants que l'OMPI les a envoyés du Irak à Europe en 1991, mais les a renvoyés à ses quartiers général militaire en Irak.

1991 : Sous prétexte de la première guerre du Golfe, Massoud Rajavi envoie en Europe 800 enfants de Moudjahidin du Peuple ; ceux-ci deviennent apparemment un moyen de pression sur les parents.

Mars 1991 : Les forces militaires des Moudjahidin du peuple sont utilisées avec leurs chars pour mater la révolte kurde au Nord de l’Irak

5 avril 1993 : Les Moudjahidin du peuple lancent des actions commandos simultanées contre les ambassades iraniennes dans 13 capitales occidentales.

Juin 1993 : Destruction de 11 oléoducs en Iran par les Moudjahidin du peuple.

Août 1993 : Le CNRI décide de désigner Maryam Rajavi en tant que future présidente de la République démocratique et islamique ( !) d’Iran à venir.

1993 : Maryam Rajavi est envoyée en France pour essayer de gagner des appuis dans le monde politique occidental.

1994 : La Commission des Affaires étrangères du Département d’État US publie un rapport sur les Moudjahidin du peuple décrits comme une organisation de nature terroriste, appliquant le culte de la personnalité.

31 juillet 1995 : Deux attentats attribués aux Moudjahidin du Peuple secouent Téhéran.

Octobre 1997 : Le Département d’État américain déclare les Moudjahidin du Peuple organisation terroriste.

1998 : Les Moudjahidin du peuple revendiquent l’attentat contre le tribunal révolutionnaire de Téhéran et l’attaque manquée du quartier général des Gardiens de la révolution.

Août 1998 : Assassinat de l’ancien procureur en chef des tribunaux révolutionnaires, Assadollâh Lâjevardi.